Mopti, Mali, février 2007


« | Accueil

Interview croisé entre Arnaud et Justine…

Qui es tu et d’où viens tu ?

Justine D’Hont, 25 ans, créatrice de bijoux fantaisie. J’habite à halluin depuis toujours…

Moi c’est Arnaud, un jeune architecte de formation et dessinateur pour cuisiniste. J’ai toujours vécu dans le Nord et là je vis à Lille.

Comment es tu venu à ce stage ? comment as tu entendu parler de ce stage ?

Je fais de la danse africaine à la MJC d’Halluin depuis 3 ans. J’avais entendu parlé d’un stage en Guinée qui me tentait beaucoup mais ça me faisiat un peu peur de partir toute seule (surtout en tant que fille),et puis la Guinée n’était pas trés sûre à cette époque. Et puis enfin, Myke , le soliste de notre cours de danse, nous a parlé de ce stage à Mopti.

…Ben, en avion ! ^^ En fait, je fais de la danse africaine depuis presque 5 ans et c’est ma prof Byshara et le soliste djembé Myke qui nous ont parlé de ce voyage.

Qu’est ce qui t’a attiré dans la perspective de ce voyage ?

Premièrement de connaître les organisateurs. C’est quand même une sacrée aventure et ça rassure d’avoir un point de repère. Et puis le stage parraissait mieux organisé et encadré que celui de Guinée.

Ensuite d’un côté personnel, j’avais conscience qu’on a pas souvent la chance de faire un voyage pareil et qu’il fallait que je profite de ma situation confortable de l’époque.

L’AFRIQUE ! et LE CHANGEMENT DE CULTURE TOTAL ! J’ai déjà voyagé dans plusieurs pays, et malgré les différences culturels, les modes de vie étaient plutôt semblables. Là, j’avais l’occasion de rencontrer des gens qui vivaient d’une manière différente de la mienne.

Et la 2ème raison pour laquelle je suis venu à ce stage est qu’à l’époque, étant encore « jeune et frais » étudiant en Architecture, j’écrivais mon mémoire de fin d’études sur la Cosmogonie et l’Architecture des Dogon, un peuple du Mali, et il se trouvait qu’on y allait quelques jours. J’ai donc sauté sur l’occasion ! ^^

Quel est le premier cliché qui est tombé ?

Je n’avais pas spécialement d’idées préconçues avant d’arriver. Mais je peux dire que ce qui m’a le plus marqué c’est la philosophie des africains. Ils sont tellement pauvres, et pourtant ils ne s’en plaignent jamais. Leur phrase favorite pour expilquer tous ce qui peut leur arriver est « C’est l’Afrique… »

Ca remet vraiment en place face à nos problèmes… On se sent priviligiés, on a plus le droit de se plaindre…

Le FROID ! Et oui, en Afrique il caille ….les nuits de Février! Oui ben désolé, l’occidental de base que je suis ne se voyait pas en pull polaire avant de fouler le sol africain. Je pensais que prendre ma polaire rouge serait de trop pour mon voyage, et bien – Ô QUE NON ! – elle m’a été bien utile. Elle m’a même servi de sac de couchage !!

Un (ou des) très bon souvenir de ce séjour ?

Difficile de choisir… Il y en a tellement… J’ai été trés impréssionnée de l’accueil que nous ont réservé les africains lors d’un mariage auquel nous nous sommes legerement incrustés. Nous avons été mis à l’honneur, les gens nous laissaient même leurs chaises pour que l’on soit aux meilleurs places. La griotte a chanté pour nous, et nous avons dansé dans la foule… Un moment inoubliable

Difficile d’en choisir un parmi tant d autres. Le premier qui me vient à l’esprit est le mariage auquel on a pu assister. Le séjour en Pays Dogon…inoubliable, étonnant, une autre dimension vraiment ! Et bien sûr le spectacle de fin de stage dans une rue de Mopti.

Un (ou des) mauvais souvenir ?

Il n’y en a pas vraiment. Bien sûr, j’ai été malade, je suis allée à l’hopital, j’ai eu des perfs et compagnie… Mais bizarrement ça n’a pas été vraiment un mauvais souvenir. En fait le plus dur, c’était le frustration de n’avoir pas pu profiter du stage correctement puisque fatiguée et surtout de n’être pas aller au pays Dogon… mais je dois dire qu’on sait trés trés bien occupé de moi lorsque je suis rester toute seule à Mopti emoticone, et ce n’était pas si désagréable d’être malade !!emoticone

La poutre que je me suis pris en pleine tête en pays Dogon. J’ai divagué pendant 24h ! Il faut dire que le plafond était bas et que mes 1m82 n’ont pas pu éviter cette rencontre « fracassante ».

Une odeur ?

la sueur ?… non bizarrement, non… Celle des repas préparés par Néné. malheureusement pas toujours agréable lorsqu’on est malade… Mais nous étions vraiment servis comme des rois !!

collage45.jpg

Celle des beignets du p’tit déj et des plats de Néné. Et bien sûr la transpiration ! ^^

Une sensation ?

D’abord les COURBATURES, et puis celles-ci vite passées une sensation de bien être aussi bien physiquement que mentalement. une vrai paix intérieure…

La lourde sensation de chaleur et de torpeur quand après 3h de danse intensive et un bon plat de riz qui nous cale bien l’estomac, on s’allonge sur notre matelas pour faire la sieste. Là, sous un soleil de plomb, inutile de lutter. On vivait vraiment à l’heure africaine !

Quelles rencontres t’ont marquer ?

…difficile de choisir une personne… surtout la rencontre avec les africains en général…

Entre autres, celle du hogon du village dogon de Endé. Même très brève, j’ai vécu ça comme une énorme chance et un honneur. Il faut dire que le hogon est le personnage le plus important d’un village Dogon car il en est le doyen du village et rend la justice. C’est grâce à notre guide que j’ai pu lui poser des questions sur la culture Dogon pour compléter mon mémoire et vérifier si ce que j’avais appris sur son peuple dans les livres étaient exactes. Enfin, la rencontre avec les africain.

En quoi ce voyage à changer ta vision de l’afrique ?

On est si différent et ils sont si accueillants…

Relativiser ce qui m’entoure et ce qui m’arrive. Même après seulement 15 jours au Mali, ma façon de voir certaines choses a changé. On relativise son confort et on évite de se plaindre quand on est confronter à nos petits malheurs d’ « occidentaux moyens » ^^. Quand on voit que les enfants Dogon doivent faire des kilomètres de marche pour aller à l’école avec le sourire, là on dit « RESPECT ». Il y a des valeurs qui perdurent là bas, notamment le respect des anciens, alors que chez nous elles sont mises à mal. Enfin, j’ai rencontré en Afrique des gens qui étaient heureux avec ce qu’ils possédaient, fier de partager leurs cultures et connaissances avec nous. On a des leçons à prendre d’eux sur la façon de voir et vivre la vie.

Que dirais tu à ceux qui hésitent à aller au Mali ?

Il faut pas hésiter !!! Allez-y !!

 

L’Afrique, c’est bon, mangez-en !

Les Maliens sont accueillants, chaleureux, et il y a plein de choses étonnantes à voir dans leur pays.

Le pays Dogon : il faut le voir pour le croire ! destination OBLIGATOIRE pour quelqu’un qui voyage au Mali !

 

Alors..tu as progresser en danse ? ^^

Ouiiiii, enfin j’espère bien !! J’ai surtout appris une attitude. Et également le fait de pouvoir se lacher complétement, de laisser la musique nous guider… et le plaisir de faire des solos, n’est ce pas mon cher Bàh Vié !!

hpim30512.jpg

5h de danse par jour, oui bien sûr qu’on a progresser ! De plus, mes fesses ont acquis le pouvoir de faire lever les foules ! ^^

Envie d’y retourner ?

oui,oui et re-oui !!!!!!!

Mon sac est déjà prêt ^^


Laisser un commentaire

Down under // Tu lis ce blo... |
fanny san francisco 2008-2009 |
Definitivement_Nomades |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the canadian studies
| Les Parfums De L'Orient
| portcarmargue